Financement

L'appel à projet de l'Assurance Maladie - Région Pays de la Loire 

Plus de 13 millions de personnes fument quotidiennement et 57% des fumeurs actuels déclarent souhaiter arrêter de fumer. Le tabac constitue la première cause de mortalité évitable en France : en 2015, plus d’1 décès sur 8 est attribuable au tabac qui est responsable de 75 000 décès en France métropolitaine. En 2019, un quart des français (24,0%), de 18 à 75 ans fumait quotidiennement, ce qui représente une baisse de 4,5 points du tabagisme quotidien en 5 ans.
Les inégalités sociales ne s’accroissent plus depuis 2016 mais restent très marquées avec un écart de 12 points de prévalence du tabagisme quotidien entre les plus bas et les plus hauts revenus et un écart de 17 points entre personnes au chômage et actifs occupés.

L’Assurance Maladie soutient cette opération qui vise à inciter tous les fumeurs à faire une tentative d’arrêt du tabac sur une durée de 1 mois et ainsi maximiser les chances d’arrêter de fumer de manière permanente. Dans le cadre du Moi(s) Sans Tabac, l’Assurance Maladie encourage le déploiement d’actions locales par la diffusion d’un appel à projet. Le dispositif « Moi(s) sans Tabac » s’adresse à tous les fumeurs mais les actions éligibles à un financement devront plus particulièrement permettre de contribuer à la réduction des Inégalités Sociales de Santé et cibler des publics prioritaires dans le cadre de la lutte contre le tabagisme.  

En ce sens, les actions doivent être privilégiées sur des territoires ou dans des structures de forte prévalence tabagique, et/ou cibler en particulier : 

  • les femmes enceintes et leur entourage ; 
  • les jeunes, notamment en formation professionnelle et en insertion ; 
  • les étudiants ; 
  • les personnes atteintes de maladies chroniques, notamment dans le champ de la santé mentale ; 
  • les personnes en situation de handicap ; 
  • les publics en vulnérabilité sociale (notamment les personnes bénéficiant de la Complémentaire santé solidaire, les personnes en insertion, les personnes en recherche d’emploi, les personnes ayant un faible niveau d’études, les personnes ayant un faible niveau de revenu, etc…) ;
  • les personnes placées sous-main de justice (actions en milieu pénitentiaire ou dans les établissements et services de la PJJ…). 

Les demandes de financement devront respecter les critères d’éligibilités se trouvant dans le cahier des charges 2021. 

 

 

A télécharger :

Cahier des charges 2021